Couture

Pochettes en vinyle

Depuis que les enfants ont quitté le lycée pour l’enseignement supérieur, une chose en particulier me réjouit : échapper à la corvée annuelle des livres et manuels scolaires à recouvrir. Je croyais d’ailleurs m’être débarrassée de ce genre de fournitures, jusqu’à ce que je retrouve avant-hier, lors d’un séance de rangement, un reste de rouleau de vinyle.

Justement, j’avais besoin de petites pochettes pour organiser mon ouvrage de vacances… Enfin, pour être honnête j’étais surtout à l’affût d’une bonne excuse pour lâcher le rangement au profit d’une activité plus distrayante, et ce vinyle était le prétexte idéal à une séance de couture.

Pochettes en vinyle vs z!ploc

Pour ranger les tissus de mon ouvrage de vacances, des sachets de congélation auraient parfaitement fait l’affaire… Seulement, c’est aussi moche que c’est pratique. Et puis j’aimais bien l’idée de donner une deuxième vie à ce vinyle au lieu de l’envoyer polluer ma poubelle.

Quelques précisions au sujet du vinyle à recouvrir les livres. Je disposais de deux restes de rouleaux différents. Le premier, très fin, légèrement mat et se froissant facilement, n’est pas approprié. Celui que j’ai utilisé est un peu épais, brillant et un peu « collant ». Il ressemble à de la toile cirée fine. D’ailleurs, la toile cirée transparente est une très bonne alternative : elle a une bonne tenue, elle est peu chère et disponible facilement en grande distribution ou en solderie.

Ça m’a en outre permis de déstocker un coupon de cotonnade qui n’était plus tout à fait à mon goût. Astuce de quilteuse: quand un imprimé ne vous plaît plus, coupez-le en tout petits morceaux !

La guerre des boutons pression n’aura plus lieu

On trouve sur le net un certain nombre de tutoriels pour des pochettes zippées, à la manière de mes WIP bags. Sauf que j’ai besoin de huit sachets, et l’idée de coudre huit fermetures à glissière m’enthousiasme modérément. De toute manière, je n’en ai pas une telle quantité en stock.

En revanche, j’ai fait dernièrement l’acquisition d’un joujou extra, qui révolutionne les rapports conflictuels que j’entretenais jusqu’à présent avec les boutons-pressions. J’ai donc choisi de fermer mes sachets avec des boutons-pressions en résine.

Faites-le vous-même*

* hommage au magasin tourangeau du même nom, haut lieu de ce que l’on n’appelait pas encore le Do It Yourself. Il a malheureusement fermé il y a quelques années.

Pour commencer, je coupe deux morceaux de vinyle pour chaque pochette – 15 x 20 cm. J’utilise ma règle de patch et mon tapis de coupe, ainsi qu’un cutter rotatif équipé d’une lame usagée. Attention, le vinyle étant transparent, il faut veiller à mettre les pièces à l’abri au fur et à mesure, qu’elles ne prennent pas un coup de lame de trop (oui, c’est du vécu).

Je coupe aussi deux bandes de tissu de 21 x 6 cm, sur lesquelles je forme un double pli au fer à repasser. J’insère le vinyle dans le biais ainsi formé, en le maintenant à l’aide de pinces.

Je règle ma machine à coudre pour avoir un point assez long. Ensuite, je pique à deux millimètres du bord du tissu.

Quand les deux pièces sont prêtes, je les dispose l’une contre l’autre. Peu importe le sens, il n’y a pas réellement d’envers ou d’endroit. Là encore, je les maintiens avec des pinces. C’est le moment d’insérer éventuellement une boucle de ruban, si on veut créer une attache. J’utilise en peu de colle en bâton pour la mettre en place.

Puis je pique sur les trois côtés, toujours tout doucement… Avec le plastique on n’a pas droit à l’erreur, impossible de le découdre sans le déchirer. Si vous avez un pied téflon – moi, non – c’est le moment de l’utiliser. Ne pas oublier de faire des points d’arrêt en début et en fin de piqûre, c’est dans la zone recouverte par le tissu donc pas de problème de ce côté-là. Avec du fil de coton épais, le rendu est plus joli, mais les coutures sont plus faciles avec du fil fin synthétique. Je rentre les fils, je recoupe l’excédent de tissu avec des ciseaux à cranter et je dégarnis les angles.

Vient le moment le plus délicat: retourner la pochette. Il faut pousser doucement avec le petit doigt dans les angles pour les former sans déchirer le vinyle. Pour finir, je pose un bouton-pression.

Voilà, je n’ai plus qu’à les remplir.

Enfin, pas tout de suite… Après tout ce temps passé à bricoler et à bavarder, j’ai maintenant du rangement à terminer !

Bonne journée,

44 commentaires sur “Pochettes en vinyle

  1. Merci pour ce partage . J’aime l’idée de ne pas jeter trop vite ( mon grenier est plein de toutes ces choses qui peuvent être reconverties) je suis moi même en pleine organisation de mon petit atelier. Merci

    J'aime

  2. Super et Merci pour ce tutoriel. Promis j’essaye.
    Votre blog est toujours intérréssant, je suis abonnée depuis longtemps.
    Bon week-end.

    J'aime

  3. Merci pour ce tuto si clair! Moi qui me demandais où acheter du vinyle, grâce à vous, je viens de découvrir que j’en ai plein la maison 😊. Bonne journée.

    J'aime

    1. Il faut quand même du vinyle un peu épais (j’en ai du plus fin qui ne convenait pas). Autre solution, la toile cirée transparente facile à se procurer au supermarché ou dans les solderies.

      J'aime

  4. Vraiment sympas ces pochettes… toujours pratique d’avoir plein de « réserves » dans son atelier! Merci pour le tuto et bonne journée

    J'aime

  5. Oh mais quel chouette tuto ! J’aime beaucoup cette idée de recyclage.
    Il faut quand même un peu de minutie 😉

    J'aime

  6. Très belles tes pochettes et au moins on voit ce qu’il y a dedans pas de vinyle ici;) il faudra que je maîtrise un de ces jours cette pince qui dort !!!!!!! douce journée bises

    J'aime

  7. Ho quelle super idée ! j’ai des bouts de tissus que je n’aime plus trop et je n’arrive pas à les jeter ! des pochettes plastiques seraient les bienvenues ! c’est vrai que les ziplock sont moches mais tellement pratiques !
    j’ai même recoupé certaines abîmées dans les coins pour récupérer le zip , quitte à le recoudre sur vinyle ou tissu !!!! mais je n’ai pas encore ressorti la machine depuis mon déménagement en Bretagne ! et j’ai mes 3 schrtrumps donc cà atteindra ! bisous et merci de partage tes oeuvres ! c’est ma récré !!!

    J'aime

  8. Tuto très intéressant et une magnifique idée pour ranger les gabarits de l’ouvrage en cours et les morceaux déjà coupés. Merci.

    J'aime

  9. Tu me donnes envie d’aller fouiller au grenier pour voir si je n’ai pas un reste de rouleau. A moins que je ne l’ai donné à une amie au moment de notre déménagement! Tu as raison, c’est beaucoup plus beau que les sacs du commerce! Bon rangement 🙂

    J'aime

  10. Tu as toujours de merveilleuses idées! avec toutes ces poches tu vas pouvoir apporter beaucoup de projets en vacances, merci pour les explications, je me sers énormément de ma pince, je n’utilise plus que des pressions c’est tellement plus simple, bisous.

    J'aime

  11. Très sympa, en cherchant bien, je devrais retrouver tout ce qu’il faut pour la confection de quelques pochettes. Je laisse passer l’été.

    J'aime

  12. Tu es incroyablement astucieuse et très pédagogue.
    Un vrai plaisir . Grand merci pour tout et passe d<e bonnes vacances sans oublier tes jolis petits sacs
    remplis de quoi faire comme d'habitude de très joies choses.
    Bises. Andrée.

    J'aime

  13. très bonne idée ! je pense l’adopter….(merci pour le tuto)
    comment s’appelle svp cette pince magique qui va nous éviter bien des galères
    avec mes remerciements
    gigi

    J'aime

    1. ce sont des pinces de chez Clover, on les trouve sous le nom de wonder clips. attention, elles ont des petites dents. sinon, les pinces à courrier de petit format peuvent dépanner (elles sont parfois plus faciles à trouver).

      J'aime

  14. Merci pour le temps que tu as pris sur ton rangement pour nous faire ce petit tuto bien sympa, j’aime les pochettes en tissu bien sur mais les transparentes pour retrouver nos petites affaires c’est plus pratique et les sacs congel c’est vraiment pas joli, alors que là c’est super beau…Bon rangement et bonne vacances si tu pars bientôt. Amicalement,

    J'aime

  15. Merci pour ce tuto. Une super idée ! J’ai encore un rouleau entier de ce vinyl, il est vieux, mon plus jeune a terminé ses études il y a 4 ans… et les 2 dernières années il n’avait plus de livres… Donc ce rouleau a au moins 6 ans… Maintenant je vais peut-être prendre une fourche pour le retrouver mais je sais qu’il est dans la maison ou l’atelier…
    Bizz

    J'aime

  16. J’admire ton sens de l’organisation des ouvrages en cours 🤩 je me souviens de ton premier tuto avec zip, déjà à l’époque je m’étais dit que l’idée était géniale, mais je ne me suis jamais lancée dans la réalisation de ces pochettes transparentes. Je suis toujours dans la logique boîte à chaussures 😜 profite bien de ce congé que arrive! Bizzzz

    J'aime

  17. astucieux et bien utiles ces petites pochettes. La fermeture est idéale et rapide à faire
    J’ai les tissus mais pas la toile transparente …. Ah si avec des marguerites (nappe jamais utilisée)
    Vais-je la sacrifier (lol) ???
    Merci pour ce tuto facile !!
    bises
    violine

    J'aime

  18. Bonne idée, merci pour le tuto! … 25 ans bientôt mon second et dernier schtroumph, donc plus de vynile en réserve mais le tuto peut toujours servir!:-)
    Bonne semaine, bises

    J'aime

  19. Merci pour l’idée et le partage ! La toile cirée transparente est peut-être moins chère que le papier vinyle et comme elle est en grande largeur puisque c’est pour mettre sur une table, çà t’en fais des pochettes !!! tu peux même en faire pour le marché de Noël ! 🙂

    J'aime

Les commentaires sont fermés.