Travaux d'Aiguilles

La valse des étiquettes de quilts

Lorsque j’ai passé un certain nombre d’heures à assembler et à matelasser une courtepointe en patchwork, vient le moment de lui coudre une belle étiquette. Une étape que j’ai parfois tendance à procrastiner… Pour mes permanences au coin des blogueuses du salon Pour l’Amour du Fil, j’avais emporté tout le nécessaire pour deux étiquettes: celle du Rendez-Vous des Oies Sauvages, et surtout celle de l’Étoile Solitaire qui attendait depuis un peu plus d’un an.

Ces étiquettes brodées ayant suscité beaucoup de curiosité parmi les visiteuses, j’ai décidé de compiler questions et réponses dans un article récapitulatif.

Temps de lecture : +/– 10 minutes

Une étiquette de courtepointe, pourquoi faire ?

Une courtepointe est bien plus qu’un simple assemblage de tissu. Quilt de légende ou simple couverture de berceau, nos ouvrages en patchwork ont toujours une histoire à raconter. Les courtepointes témoignent de nombreuses heures de travail, elles sont tissées de souvenirs et cousues avec amour.

Leur coudre une étiquette personnalisée permet d’enregistrer un certain nombre d’informations à destination des générations futures. A minima, on écrira le nom de la quilteuse, celui de l’ouvrage et l’année de sa réalisation. On peut aussi noter l’occasion pour laquelle a été offert le quilt – un mariage ou une naissance – voire la source d’inspiration.

Je n’ai pas une belle écriture

Moi non plus ! Alors je triche : j’utilise mon traitement de texte pour fabriquer mes étiquettes.

Le logiciel Word en propose un certain nombre. Sinon, Internet foisonne de site sur lesquels on peut trouver des polices d’écriture aussi nombreuses que variées.

Pour ma part je trouve mon bonheur sur le site DaFont qui propose un peu plus de 75000 polices. Elles sont rangées par catégories. J’ai une préférence pour la catégorie Script, Scolaire ou Manuscrit.

Attention, certains caractères spécifiques à la langue française sont parfois  indisponibles : les lettres accentuées, le œ, la cédille… Pour trouver rapidement une police adaptée parmi les nombreuses propositions, je teste directement les caractères spéciaux é è œ ç dans l’aperçu.

Comme vous voyez ci-dessous, je peux utiliser Coffee And Craft ou Rainbow Season, mais pas Sunday April. Ou alors, il faudrait un texte sans cédille ni accents.

Sur le site DaFont, il est possible de télécharger les polices d’écriture gratuitement. Je le fais rarement, sauf si j’ai l’intention de les utiliser à plusieurs reprises, comme la police cursive que j’utilise pour signer mes photos. Pour les étiquettes de courtepointe, je préfère jouer chaque fois avec une écriture différente. Pour cet exemple, j’utiliserai la police Coffe and Craft.  

J’ouvre un document Word sur mon ordinateur. Je renseigne la première partie de l’étiquette dans le cadre Aperçu, et j’utilise la capture d’écran pour sélectionner le texte.

Je colle le document capturé sur mon document Word, et je recommence pour la suite du texte.

Les segments sélectionnés ne sont pas toujours de la même taille, il faut parfois les réajuster en utilisant les outils de format de l’image – en haut à droite de votre barre d’outils.

J’aurais bien aimé aussi un dessin sur mon étiquette

Si on ne sait pas dessiner, on peut dénicher des illustrations très sympa sur les sites de coloriage, comme les tulipes Dans le Jardin de Roxelane. La ribambelle d’oies du Rendez-Vous des Oies Sauvages provient du site Freepik. Certains fabricants de tissu à patchwork proposent même des coupons pré imprimés avec des dessins d’étiquettes.

Pour illustrer mes étiquettes de quilts avec des images du net, j’utilise la capture d’écran pour cadrer l’image, et je la colle sur le document Word. Quand le document est à mon goût, je l’imprime. Je repasse bien le tissu, puis je décalque texte et dessin à l’aide d’une tablette lumineuse et d’un stylo qui s’efface à la chaleur.

Pas de tablette lumineuse ?

On peut procéder à l’ancienne sur une fenêtre bien éclairée. Une autre solution consiste à poser le tissu directement sur l’écran du PC pour décalquer.

Astuce de faussaire

Lorsqu’on essaie d’imiter l’écriture d’une autre personne, on reste imprégné de notre geste graphique habituel. Pour y remédier, j’utilise une astuce découverte dans un roman de Douglas Kennedy. Quand son héros s’entraîne à imiter une signature, il la trace à l’envers.

Essayez de retourner l’image avant de la décalquer: ça « casse » les automatismes et l’imitation est plus fidèle au modèle. Pour la même raison, je brode généralement les mots en commençant par la dernière lettre. 

Sur quel tissu broder l’étiquette ?  

N’importe quel coton léger fera l’affaire, de préférence uni et pas trop foncé. Avant de broder, je dispose à l’arrière du tissu un molleton très fin. Ça donne un peu plus de relief au point de broderie, et ça évite qu’on voie le passage du fil entre deux lettres.

Avec quel fil broder mes étiquettes ?

Tout est une question de goût. Pour l’étiquette Dans le Jardin de Roxelane, j’ai utilisé les mêmes fils – Broder Spécial et coton perlé – que pour le matelassage.

Mais la plupart du temps, je brode avec un seul brin de mouliné ou un fil à coudre un peu épais, qui permet de tracer des caractères plus petits.

Selon l’humeur, je brode au point de tige ou plus simplement au point arrière.

Il est même possible de broder à la machine si la vôtre propose cette option. La seule « règle » c’est d’adapter la grosseur du fil à celle des caractères à broder.

Je ne sais pas broder

Vous n’êtes pas à l’aise avec la broderie, ou vous êtes pressée? Rien ne vous interdit d’imprimer votre étiquette directement sur le tissu. J’ai déjà expliqué ma façon de procéder, vous la retrouverez dans l’onglet Recettes et Tutoriels.

J’ai peur d’abîmer mon imprimante

Variante : je ne sais plus comment changer les cartouches d’encre – ça, c’est moi !

Dans ce cas, on peut décalquer le texte de l’étiquette avec un stylo feutre permanent spécial textile. Prévoyez large pour le tissu, une bavure est vite arrivée et il faudra parfois plusieurs tentatives avant d’obtenir un résultat acceptable (demandez-moi comment je le sais !).

Zut, j’ai envie d’une étiquette en couleurs mais je n’ai qu’un feutre noir

Avec des crayons à la cire type Crayola on peut colorier directement sur le tissu. Pour fixer les couleurs, glisser l’étiquette entre deux épaisseurs de papier de soie ou d’essuie-tout. Repasser avec un fer chaud sans vapeur. La cire des crayons pénètre dans la fibre du tissu.  

C’est l’option que j’ai choisie pour cette étiquette. La courtepointe est lavée une à deux fois par an, son étiquette n’a jamais bougé.

Une touche de fantaisie

Qui a dit qu’une étiquette doit forcément être rectangulaire?

Pour compléter les étiquettes

J’offre souvent une couverture en patchwork pour célébrer une naissance, et je tiens à ce que les parents l’utilisent sans crainte de l’abîmer. Je joins donc à mes courtepointes pour bébés une petite carte explicative qui indique leur composition et des conseils pour l’entretien. Je glisse également dans le paquet-cadeau quelques lingettes pour éviter les transferts de couleurs.

J’espère que cet article un peu plus technique vous aura intéressées. Si j’ai oublié quelque chose, n’hésitez pas à poser des questions en commentaire. Je compléterai mon article en conséquence.  

À bientôt

24 commentaires sur “La valse des étiquettes de quilts

  1. Oh merci Muriel. C’est chouette ce partage d’expériences. Tu as déjà utilisé tant de techniques.
    Je vais me servir de ton article pour essayer de composer l’étiquette de mon unique quilt achevé en 2021 à la mémoire de ma fille Julie.
    Bravo encore pour ce festival de jolies étiquettes.
    @sabinedeshautesalpes

    Aimé par 1 personne

  2. Tu es…. géniale ! J’écris et brode mes étiquettes, mais je n’ai jamais pensé à décalquer une police d’écriture. Faut le faire tout de même. Merci pour cet article très complet. J’ai effectivement un panneau d’étiquettes en tissu ; je prends celle qui me plait sur le moment et hop….. Belle journée et encore merci

    Aimé par 1 personne

  3. Un bel article… complet et plein d’astuces. Tout ce qu’il me faudrait pour me décider à mettre des étiquettes à mes quilts ! … affaire à suivre 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Un grand merci pour toutes tes explications. Impossible de ne pas mettre une étiquette à un ouvrage maintenant. Pour le peu que j’ai fait (4 Rag-Quilts) j’avais brodé les étiquettes sur un morceau de lin.
    Bizzz

    Aimé par 1 personne

  5. Merci Muriel d’avoir pris le temps de faire cet article très complet.
    Nous nous sommes vues à l’mour du fil et cela complète bien les informations que j’avais retenues car je fais partie de celles qui avaient psé la question.
    Bonne journée
    Amicalement

    Aimé par 1 personne

  6. Bonjour Muriel, merci pour cet article très complet et instructif, j’aime faire des étiquettes pour mes patchs, mais de nouvelles idées sont toujours bonnes à prendre.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.